Parmentier couronnée

Alors que la Coupe Banque Nationale présentée par IGA s’est conclue il y a quelques jours déjà, l’heure est déjà au bilan. Parsemée de surprises, la 26e édition du tournoi ne s’est pas déroulée comme tout le monde avait prévu.

En effet, à la suite du premier tour, quatre des huit premières têtes de série tombaient au combat, y compris la favorite Aryna Sabalenka, 20e raquette mondiale. Sur une fulgurante lancée depuis quelques semaines, la jeune joueuse de 20 ans s’est fait montrer la porte de sortie par Varvara Lepchenko en deux manches de 6-4 et 7-6(5). « Varvara a tout mon respect. Elle a joué un grand match. Elle semblait marquer sur tous ses coups », avait reconnu la Bélarussienne. Monica Niculescu, Lucie Safarova et Tatjana Maria ont également été éliminées dès le tour initial.

Les Canadiennes en force

C’est d’ailleurs Rebecca Marino qui a fait plier Maria, 7e tête de série, dès son premier match. En effet, de retour à la Coupe Banque Nationale pour la première fois après un hiatus de cinq ans, Marino a remporté son premier match sur le circuit de la WTA en disposant aisément de l’Allemande des comptes de 6-2 et 6-2. Par la suite, la Canadienne a atteint les quarts de finale, avant de plier bagage contre Heather Watson, mais non sans avoir livré une chaude bataille.

De son côté, Françoise Abanda a franchi le premier tour en disposant de Martincova, une joueuse issue des qualifications, par 4-6, 6-2 et 6-2, avant de s’avouer vaincue au deuxième tour face à l’Américaine Sofia Kenin, 5e tête de série. Incommodée par une blessure, la Québécoise n’a pas donné sa place, s’inclinant en deux manches serrées de 6-4 et 6-4.

Quant à Leylah Fernandez, elle a signé le premier gain de sa carrière en tournois de la WTA en disposant d’une autre représentante de l’unifolié, Gabriela Dabrowski, par la marque de 6-3, 7-5. La jeune joueuse d’à peine 16 ans a été stoppée au tour suivant par la Britannique Heather Watson.

Pegula, de qualifiée à finaliste

Issue des qualifications, Jessica Pegula a fait couler beaucoup d’encre au cours de la semaine, éliminant, entre autres, Petra Martic (2e) et Sofia Kenin (5e) afin d’atteindre sa première finale de la WTA.

Parmentier jusqu’au bout

Pauline Parmentier a profité de l’hécatombe pour se faufiler jusqu’en finale. Huitième tête de série, la Française a éliminé coup sur coup Kudermetova, McHale, Lepchenko et Watson afin de pouvoir défier l’Américaine en ronde ultime. Parmentier, qui avait conquis son premier titre en dix ans en avril dernier, est venue à bout de Pegula en deux manches de 7-5 et 6-2. La Française a assurément gagné le cœur des partisans au cours de sa semaine de rêve. « C’est de la folie, quoi ! Ça faisait 10 ans que je n’avais pas gagné et j’en gagne deux dans la même année, c’est un truc de fou. Quand j’ai gagné à Istanbul (en avril), il y avait beaucoup d’émotions, mais ici c’est vraiment génial. C’est l’euphorie après une super semaine qui se termine avec une victoire. Franchement, je ne pouvais pas rêver mieux », a-t-elle d’ailleurs confié après son couronnement. Cette semaine, la nouvelle championne s’est rapprochée du meilleur classement de sa carrière en grimpant au 48e échelon.

Bien qu’elle commence à penser à la retraite dans un an ou deux, espérons que la sympathique Française soit de retour en ville l’an prochain, où de nombreux amateurs seront ravis de l’accueillir à nouveau !