Françoise Abanda, confiante à la maison

Le soutien de la foule peut faire l’une des deux choses suivantes : il peut créer de la pression ou élever une joueuse vers le sommet. Pour Françoise Abanda, c’est une source de motivation. Bien qu’elle ait obtenu plusieurs bons résultats au cours de sa jeune carrière, un grand nombre d’entre eux ont été réalisés à la maison. Qu’il s’agisse de devenir la deuxième joueuse québécoise à remporter le tournoi junior de Repentigny en 2012, de conquérir son premier titre professionnel de double au Challenger Tevlin de Toronto en 2013 ou de participer à son premier quart de finale de la WTA à Québec, elle adore jouer au Canada.

« J’ai eu une bonne saison 2017 en accédant, notamment, aux quarts de finale de la Coupe Banque Nationale présentée par IGA. J’ai aussi des points à défendre ici, donc j’ai un peu de pression. Mais je n’ai pas encore la demi-finale, ce qui est un bel objectif. Depuis la Coupe Rogers de Montréal, j’ai l’impression d’avoir le vent en poupe et cela se reflète dans mes récents résultats. »

Elle s’est également démarquée en représentant le pays à la Fed Cup. En avril dernier, contre une équipe kazakhe mieux classée, elle a notamment vaincu deux joueuses du Top 50 pour aider le Canada à s’imposer. Il ne fait aucun doute que gagner des matchs rehausse la confiance, mais pour Abanda, la recette du succès est de jouer à la maison.

Belle victoire

Ons Jabeur est l’une des joueuses qui ont causé des surprises alors que plusieurs têtes de série tombaient au combat. Mardi, au premier tour, elle a éliminé la sixième tête d’affiche et favorite de la foule Lucie Safarova en trois manches chaudement disputées. Si ce gain a pu surprendre les spectateurs, Jabeur n’est pas étrangère aux grandes victoires. En 2011, elle a été couronnée championne des épreuves juniors de Roland-Garros et l’an dernier, elle a réussi à signer sa première victoire aux dépens d’une Top 10 en indiquant la sortie à Dominika Cibulkova à la porte d’Auteuil. Sa victoire surprise de cette semaine prouve qu’elle peut exceller dans les grandes occasions.